Je viens de découvrir une série d’article sur l’Open Agile Adoption par Dan Mezick (auteur du Culture Game). A l’origine en anglais, (part 1, part 2, part 3 et part 4), ils ont été traduits en français : partie 1, partie 2, partie 3 et partie 4.

Les idées principales sont :

  • Les développeurs sont plutôt introverti et solveurs de problèmes. Si on leur impose une solution sans leur demander leur avis, ils ne le donneront jamais.
  • Si on force les gens à adopter l’agilité, ils risquent de se braquer et l’adoption sera difficile. Il vaut donc mieux les inviter facultativement à participer à des jeux OAA. En rendant facultatif la participation, les participants seront les plus motivés. En plus, les développeurs sont des résolveurs de problèmes. Ils savent donc parfaitement ce qui marchera et qui correspond à leur organisation.
  • Passer à l’Agilité peut être une transition particulièrement stressante. Dans les phases de transition, il y a des seuils limites qu’il est stressant de franchir. La transition est inconfortable, la réaction naturelle et sûre est de faire demi tour et de retourner d’où l’on vient. Le principal rôle d’un rite de passage structuré est d’apaiser le stress créé par une transition. Le rite culturel de passage commence et se termine par une réunion Open Space, tous les 6 mois. Imposer un rituel Open Space tous les 6 mois permet de forcer la continuité même si l’animateur change.
  • Le rite de passage est un jeu d’expérimentations. On n’est pas obligé d’adopter toutes les pratiques agiles. On peut les expérimenter et en tirer des conclusions lors de l’Open Space.
Tagged with:
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PageLines